Posted on Laisser un commentaire

Nouveau : les boutons de préhension pour puzzles

Quel est le point commun entre le matériel Montessori des puzzles de géographie, les puzzles de botanique, les emboîtements cylindriques et le cabinet de géométrie ?

Les boutons de préhension miniatures !

boutons-prehension

Ils sont tout jolis, tout petits (6mm), bien pour entraîner les petits doigts. Ils préparent à l’écriture l’enfant qui développe sa main en tenant le bouton avec les trois premiers doigts.

Les boutons de préhension vous attendent dans la boutique de l’Atelier Montessori !

Les plus gros boutons (17mm) sur la photo sont pour les tiroirs du cabinet de géométrie ou du cabinet de botanique. Vous pouvez également les utiliser pour fabriquer les beaux jouets des plus jeunes que l’on voit sur les catalogues de matériel Montessori rubrique Infant Toddler.

Posted on 6 commentaires

La tour rose, première partie

La tour  rose est un peu l’emblème du matériel Montessori. Elle se présente vers 3 ans environ, après pas mal de vie pratique. Elle consiste en 10 cubes de bois peints en rose et d’arête croissante de 1 cm à 10 cm. Les cubes doivent être pleins, plats et réguliers.

Le choix de l’essence est important : il faut un bois dur pour obtenir des cubes résistants, mais les bois durs sont plus durs à scier. Et ce n’est pas au magasin de bricolage du coin qu’on tombe sur du beau bois aux bonnes dimensions… Oubliez de suite l’idée de les faire creux, le poids est crucial pour se rendre compte des différences entre les cubes. Bref, cette fameuse tour représente un défi de taille que l’Atelier Montessori ne pouvait pas se permettre de laisser passer.

Faute de matériel de pro et de beau bois aux bonnes dimensions, on a imaginé une solution tarabiscotée à base de tasseaux rectangulaires de 1x2cm de chêne qu’on avait sous la main. On les a sciés et collés entre eux pour fabriquer les plus petits cubes. Pour les plus gros, on colle les tasseaux autour de cubes de pin mais je ne vous le montrerai pas car cela n’est pas encore fini.

Fabrication de la tour rose

C’est long et un peu bizarre, mais on obtient bien des cubes en chêne, solides, lisses, presque parfaitement droits.

Une fois qu’on a obtenu la tour, c’est facile. On pourrait vouloir conserver le bois non peint, mais il est préférable de la peindre. Cela la rend plus visible et attirante pour l’enfant. La peinture permet également de ne pas détourner l’attention de l’enfant sur les veines du bois mais de la fixer sur les dimensions. Le rose, c’est historique, une autre couleur conviendrait aussi, mais… elle est tellement plus jolie en rose !

Peinture de la tour rose

Je l’ai peinte avec de la peinture écologique blanche, pigmentée avec du beau rouge. Il s’agit de cette peinture à base de caséine. Si vous la faites, prenez plutôt de la peinture non teintée avec du pigment rouge et du blanc, parce qu’avec le paquet vous allez pouvoir peindre d’autres choses. Elle est bien couvrante et le rendu est mat et profond. Ensuite je l’ai huilée avec 3 couches d’huile de chanvre pour protéger la peinture.

Alors, ça donne quoi cette demi-tour ?

Demi tour rose Montessori

Franchement, je l’aime beaucoup. Elle a un toucher satiné hyper agréable, le chêne rend vraiment bien. La couleur est magnifique, bien rose. La peinture a quelques petits pigments rouges qui se sont mal mélangés et du coup il y a des minis grains en surface, il aurait fallu mieux touiller. On voit qu’elle a été collée et on devine les veines du bois. Au début j’ai regretté de ne pas avoir  appliqué un gesso pour lisser et masquer les petites différences de niveau dues au collage mais ça aurait été dommage de cacher le chêne par un enduit tout lisse.

Et maintenant, il faut finir les gros cubes !

Posted on 18 commentaires

Cadre d’habillage Montessori, les gros boutons

Pour continuer la série des cadres, voici celui des gros boutons. J’étais partie pour faire celui de la fermeture éclair jupe mais suite à une erreur de mesure, je me suis retrouvée avec la mauvaise fermeture éclair. J’ai donc commencé par les boutons, ce qui semble bien inspirer Mathilde si l’on en croit ce dialogue :

Qu’est ce que tu aimerais faire comme métier plus tard ?

Un petit travail des boutons !

Fabriquer le cadre des boutons Montessori

Pour le cadre des gros bouton, il faut réfléchir au sens des boutonnières : verticales ou horizontales. Ce n’est pas la même difficulté, mais j’ai oublié lequel des deux est présenté en premier. J’ai choisi (au pif du coup) de faire les miennes horizontales. Je ferai celles du cadre des petits boutons verticales.

Pour ne pas compliquer inutilement la tâche de l’enfant, les boutons ne doivent pas être cousus serrés contre le tissu. C’est plutôt difficile de ne pas coudre un bouton serré. J’ai trouvé une astuce de grand-mère : prendre une allumette de bois. La placer entre le tissu et le bouton pendant que l’on coud et c’est parfait.

En me renseignant sur la couture des boutons, j’ai aussi appris cela : Pour la solidité, et aussi pour faire joli, on coud en deux fois, deux trous à la fois (si 4 trous évidemment). Soit horizontalement, soit verticalement. En diagonale, c’est joli mais moins solide. Piquer l’aiguille exactement au même endroit chaque fois pour obtenir deux barres de points parfaitement réguliers sur l’envers. Voilà pour la technique. Les 5 boutons à coudre prend un peu de temps, mais un par soir et en une semaine c’est plié !

Comme pour le cadre des lacets, j’ai utilisé un cadre IKEA RAM 30x40cm que j’ai huilé. Puis un tissu en lin d’IKEA et cinq boutons de 30mm de diamètre. Je mets quand même des instructions pour la forme ci-dessous.

1- Découper un rectangle de tissu de 60×41cm. 41cm est le droit fil. Faire un ourlet de 1cm sur les deux cotés de 60cm. 2- Couper en deux pour obtenir deux rectangles de 30cm de large. Faire un ourlet de 5 cm de large du coté des boutons puis piquer. 3- Faire les boutonnières en mesurant d’après la taille des boutons (diamètre + épaisseur + 3mm) puis coudre les boutons  4 – Fermer les boutons. Epingler le tissu autour du cadre puis coudre les deux pans de tissu autour du cadre (dévisser le pied de la machine et le remonter dans le cadre si besoin).

Édit : Suite à ma formation, je connais maintenant l’ordre dans lequel présenter les cadres : gros boutons boutonnière verticale en premier, puis petits boutons boutonnière verticale. Si on a envie de fabriquer les quatre cadres, on ajoute en troisième les gros boutons boutonnière horizontale et en dernier les petits boutons boutonnière horizontale.

Posted on 5 commentaires

Cadre d’habillage Montessori, lacets à nouer

Les cadres d’habillage ont beaucoup de succès et sont simples à fabriquer pour qui possède une machine à coudre.  Il faut d’abord choisir l’attache (lacets, boutons gros ou petits, femeture éclair, scratch, boucles, lacets, etc…). Ensuite, le tissu, pas trop fin, ni trop rigide. Et enfin, le cadre. On peut envisager de le fabriquer  avec des tasseaux, des tasseaux + tourillons, ou prendre un cadre tout fait. On peut agrafer le tissu, le fixer avec des épingles de tapissier, le coudre au cadre, etc…

Je vais parler d’une solution assez simple, pas de bricolage, uniquement de la couture. Le tissu est cousu autour du cadre, il ne peut pas se retirer pour etre lavé. Et je prends pour exemple la fabrication d’un cadre avec les lacets à nouer : le cadre des noeuds.

Cadre d'habillage Montessori, lacets à nouer
© L'Atelier Montessori
Cadre d'habillage Montessori, lacets à nouer
© L'Atelier Montessori

J’ai acheté un cadre IKEA RAM, 2,99 euros. Je l’ai peint avec de la Miscela Sana (bouche pores), plus de l’huile dure. Le rendu est très joli, mais si c’était à refaire, je prendrais simplement de l’huile de Chanvre, c’est moins cher et ca suffit bien, pas besoin de sortir l’artillerie lourde spéciale plancher !

Pour les lacets, j’ai utilisé des rubans de taffetas de 10mm de large, 38 cm de longueur. 5 rubans roses, 5 rubans bleus. Il est important de choisir 2 couleurs différentes : bleu/rouge, blanc/rouge… Il ne faut pas utiliser de satin qui risquerait de glisser.

Avec un cadre IKEA, on doit fixer le tissu a l’aide d’épingles de tapissier, d’agrafes ou alors le coudre autour du cadre. C’est plus simple, mais le tissu ne pourra pas s’enlever pour être lavé. Ensuite, voici les instructions pour la couture. Elles s’accompagnent du PDF des shémas explicatifs.

1- Découper un rectangle de tissu de 60x41cm. 41cm est le droit fil. Faire un ourlet de 1cm sur les deux cotés de 60cm. 2 – Découper dans ce rectangle 2 rectangles de 6.5cm de large et 2 de 23.5 cm de large. 3 – Bâtir le rectangle A1 et le rectangle B1 endroit contre endroit, en incluant 5 rubans de la même couleur. Piquer à 1 cm du bord. Renforcer les coutures au niveau des rubans. Consolider l’extrémité des rubans.  4 –  Retourner sur l’endroit et piquer au bord sur toute la hauteur. Faire pareil avec A2 et B2 en insérant les rubans de l’autre couleur. 5 – Nouer les rubans par paire. Epingler le tissu autour du cadre puis coudre les deux pans de tissu autour du cadre (dévisser le pied de la machine et le remonter dans le cadre si besoin).

Fabriquer un cadre d'habillage Montessori
© L'Atelier Montessori

Au final, cela donne un joli résultat, qui donne envie de s’exercer ! Je suis contente d’avoir utilisé ce lin (IKEA encore), qui est ni trop souple ni trop rigide, tout en étant élégant.

Edit suite à ma formation Montessori : des rubans de 15mm et 50cm de longueur, sont mieux adaptés.

Posted on 8 commentaires

La 2ème boîte des couleurs

Les tablettes des couleurs aident l’enfant à développer sa perception des couleurs. Cette boîte est présentée après la première (rouge, jaune et bleu). Sont ensuite introduits le vert, orange et violet. Puis le rose, le marron et le gris. Enfin, le noir et le blanc.

© LAtelier Montessori
© L'Atelier Montessori

Dimensions et couleurs

  • 22 tablettes de 4×7.5cm en bois de quelques milimètres d’épaisseur
  • 2 tablettes des 11 couleurs suivantes : rouge, bleu, jaune, vert, violet, orange, rose, marron, noir, blanc, gris

Il faut

  • Plaques de bois fines (ici, couvercle de caisse de vin)
  • Peinture de lait en poudre transparente ou autre liant
  • Pigments (rouge SP 55, bleu SP 7, jaune SP 12, vert, violet, mine orange imitation, rose, oxyde de fer brun praline, noir SP, dioxyde d e titane, noir SP + dioxyde de titane)
  • Huile de chanvre ou autre produit de finition
  • Scie, pinceau, papier de verre grain épais (80) et grain fin (150 ou plus)
  • Baguettes de reliure blanches

Comment faire ?

  • Découper avec une scie à métaux les plaques de bois et le poncer au papier de verre gros grain
  • Peindre une première couche (recto-verso, en 2 temps donc) et laisser sécher
  • La peinture a fait lever le grain : poncer avec du papier de verre grain fin
  • Peindre une deuxième couche, laisser sécher. Si besoin, refaire une troisième couche sur les couleurs les plus claires
  • Passer plusieurs couches d’huile en laissant sécher entre les couches. Arreter lorsque l’huile n’est plus absorbée, et essuyer avec un chiffon.
  • Découper les baguettes de reliure et les poser sur les petits bords
  • Il ne reste plus qu’à faire les boites pour les ranger

Remarques

  • Une fabrication un peu longue en raison de l’attente entre les couches.
  • Le plus efficace est de faire la peinture une seule fois et la conserver au frais entre les couches (1h environ)
  • 3 paires de tablettes peuvent servir pour la première boîte des couleurs
  • Les couleurs de cette boîte sont les mêmes que celles du milieu de la troisième boîte. Il est donc plus judicieux de faire la troisième en même temps que celle-ci. Mais plus difficile, on en convient !

Elles les ont fabriquées aussi

Itsy Bitsy fabrique la troisième boîte avec des echantillons colles.  Princesse Petit Pois les peint mais achete les tablettes.