Archives du mot-clé Vie Pratique

Verser avec une cuillère

Verser avec une cuillère

Après le verser des grosses graines avec un pichet, l’enfant utilise dans ce matériel une cuillère pour transvaser.  Assouplissement des mouvements des poignets avec en vue l’autonomie lors de la prise des repas. Les deux mains sont sollicitées, il est important de ne pas délaisser la main la moins souvent utilisée dans le quotidien.

Matériel

Un plateau uni contenant deux bols ou coupes identiques. Le bol de droite contient des grosses graines (pois chiches ou maïs). Une cuillère à café est disposée dans le bol plein.

Éléments de présentation

{ 01 } Prendre la petite cuillère avec trois doigts (pouce, index, majeur). Plonger lentement la cuillère dans le bol plein.  Soulever la cuillère pleine, l’amener au dessus du bol vide. Baisser le poignet, et le pencher délicatement pour vider la cuillère.

{ 02 } Transvaser le bol tranquillement à la petite cuillère. Le mouvement du poignet est fluide et toujours le même.

{ 03 } Changer de main pour re-transvaser dans l’autre bol.

{ 04 } « A toi ! »  En dehors de la présentation, on n’aide pas l’enfant à ramasser les graines tombées. Il peut cependant ramener le plateau avec des graines renversées si il y en a vraiment trop pour lui (remettre en ordre le plateau hors de sa vue).

Porter un plateau

Porter un plateauIMG_2135-small-small

Savoir porter un plateau, c’est la base puisque beaucoup d’activités sont présentées en plateau. Équipez-vous en jolis plateaux unis avec des poignées, de taille 25×35 cm environ.

Montrez comment faire à l’enfant avant toute activité. Au sein d’un groupe, la présentation est collective le premier jour.

Eléments de présentation :

{ 01 } Prendre le plateau vide avec les deux mains, une main de chaque coté, bras tendus.

{ 02 } Faire le tour de la pièce en évitant les obstacles.

{ 03 } Le ranger doucement sur l’étagère sans faire de bruit.

{ 04 } A toi !

Plus tard, l’enfant s’exerce avec un objet sur le plateau.

Verser des grosses graines

Après un grand silence sur ce blog, je reviens ici pour une série d’articles en partenariat avec le magazine Lait Fraise Mag. Lait Fraise publie de chouettes articles et je suis ravie d’avoir été invitée à y contribuer. Et pour l’occasion, j’ai aussi fait une petite vidéo !

Dans l’article de Lait Fraise vous trouverez une courte introduction à la pédagogie Montessori. Puis la présentation d’une des toutes premières activités de Vie Pratique à mettre en place en Montessori : verser des grosses graines. Je le reprends ci-dessous.

atelier montessori verser graines

Ce verser est le premier de la série des verser (grosses graines, petites graines, eau, avec une cuillère, avec un entonnoir). Il se présente une fois qu’on a montré à l’enfant comment porter un plateau. Deux ans, deux ans et demi, est un bon âge pour commencer.

 Le Matériel

{ 01 } Préparez le plateau, définissez où le ranger sur une étagère dédiée et préparez la présentation. Attention, vous ne lui montrerez l’activité qu’une seule fois. Exercez-vous avant, car votre enfant va absorber chaque geste !

{ 02 } « Viens, je vais te montrer quelque chose ». Devant lui, prenez le plateau sur l’étagère, amenez le sur une petite table et faites asseoir l’enfant à votre gauche. Montrez avec des gestes précis, lents et décomposés. Et en silence.

Video not available

{ 03 } « A toi  ! ». N’intervenez surtout pas : restez silencieux-se et immobile, ne faites pas à sa place, ne le récompensez pas, ne le pressez pas. Montrez lui comment ramasser les graines tombées : une par une, entre le pouce, l’index et le majeur. À la fin, il vous accompagne pour ranger le plateau.

{ 04 } « Voici où se range le matériel. Tu pourras le prendre quand tu voudras, t’en servir comme je te l’ai montré, aussi souvent que tu voudras, puis tu le ramèneras à sa place bien en ordre. »

N’intervenez que si l’enfant détourne le matériel par exemple pour lancer les graines. Retirez alors le matériel sans histoire et redonnez le lorsqu’il sera plus mûr.

Verser Vie Pratique

Le contrôle de l’erreur est intégré au matériel : les graines qui se renversent, un pichet qui casse.

C’est une activité simple, qui ne met pas l’enfant en échec, mais qui requiert une bonne coordination des gestes pour être effectuée parfaitement. Elle lui donne un travail pour lui tout seul, qu’il ou elle pourra répéter à sa guise. Elle lui apprend l’ordre : sortir, faire, puis ranger, réparer lorsque des graines tombent. Enfin, la pince à trois doigts muscle la main et prépare à la bonne tenue d’un crayon.

Un tablier pour la vie pratique

Pour poursuivre les activités de vie pratique, il nous fallait d’urgence un tablier pour Mathilde.

J’ai cousu le Montessori Child’s Apron de Montessori By Hand qui se trouve sur le blog Sew Liberated. Avec de la toile cirée d’une face, et de la popeline de l’autre face. Si j’avais lu les instructions du patron avant de choisir le tissu, j’aurais fait le tout en coton et pas de toile cirée.

Tablier Montessori

Le modèle est facile à réaliser (juste faire les conversion de pouces vers cm). Le résultat me plait bien, par contre le lien qui vient se scratcher devant est beaucoup trop long pour un deux ans et demi.

Maintenant, on va pouvoir nettoyer le miroir, laver la table et cirer les chaussures à la maison dans les règles de l’art !

Plier !

A-t-on vraiment besoin d’apprendre à plier ? Vous souvenez vous d’avoir appris cela ?

Maria Montessori a pensé un exercice qui apprend simplement à plier. Qui développe le contrôle musculaire des doigts et la précision des gestes. Et qui indirectement donne des bases pour ranger tout seul ses affaires, prendre soin de soi-meme, ainsi que des notions de géométrie.

Matériel Montessori : plier

En pratique, il vous faut 4 mouchoirs blancs de 35×35 cm. Au fil rouge, vous broderez (à la machine à coudre c’est encore plus simple, et au feutre pour tissu carrément trop facile) des lignes de pliages comme sur la photo.

Ensuite vous repassez et marquez bien les plis et faciliter le travail de l’enfant. Vous cachez les deux plus compliqués pour plus tard et disposez les deux premiers dans une jolie corbeille.

Éléments de présentation :

S’asseoir à droite de l’enfant. Prendre le mouchoir brodé selon la diagonale et l’étendre. Passer l’index sur la ligne brodée. Attraper le coin du haut et le porter sur le coin du bas. Aplatir le pli en appuyant avec la main. Inviter l’enfant : « A toi ». Ne rien dire lorsqu’il fait. Montrer l’autre mouchoir puis ranger. « Tu t’exerceras ».

J’ai fait la présentation à Mathilde, elle a adoré. Elle a bien compris qu’il fallait toucher la ligne rouge (ça lui est revenu un jour), puis esquisse un pli et roule magnifiquement le mouchoir en boule ! Mais on voit que le truc lui plaît, elle commence même à « plier » sa serviette et le linge… Et que dit Maria dans ces cas là ? Rien ! On reste zen et on ne fait pas de remarque, on ne ré-explique pas. Par contre on repasse derrière (discrètement) pour bien replier les mouchoirs afin que l’enfant débute l’activité dans l’état plié correctement.

Et vous, vous en êtes où de vos mouchoirs de pliage ?

Cadre d’habillage Montessori, les gros boutons

Pour continuer la série des cadres, voici celui des gros boutons. J’étais partie pour faire celui de la fermeture éclair jupe mais suite à une erreur de mesure, je me suis retrouvée avec la mauvaise fermeture éclair. J’ai donc commencé par les boutons, ce qui semble bien inspirer Mathilde si l’on en croit ce dialogue :

Qu’est ce que tu aimerais faire comme métier plus tard ?

Un petit travail des boutons !

Fabriquer le cadre des boutons Montessori

Pour le cadre des gros bouton, il faut réfléchir au sens des boutonnières : verticales ou horizontales. Ce n’est pas la même difficulté, mais j’ai oublié lequel des deux est présenté en premier. J’ai choisi (au pif du coup) de faire les miennes horizontales. Je ferai celles du cadre des petits boutons verticales.

Pour ne pas compliquer inutilement la tâche de l’enfant, les boutons ne doivent pas être cousus serrés contre le tissu. C’est plutôt difficile de ne pas coudre un bouton serré. J’ai trouvé une astuce de grand-mère : prendre une allumette de bois. La placer entre le tissu et le bouton pendant que l’on coud et c’est parfait.

En me renseignant sur la couture des boutons, j’ai aussi appris cela : Pour la solidité, et aussi pour faire joli, on coud en deux fois, deux trous à la fois (si 4 trous évidemment). Soit horizontalement, soit verticalement. En diagonale, c’est joli mais moins solide. Piquer l’aiguille exactement au même endroit chaque fois pour obtenir deux barres de points parfaitement réguliers sur l’envers. Voilà pour la technique. Les 5 boutons à coudre prend un peu de temps, mais un par soir et en une semaine c’est plié !

Comme pour le cadre des lacets, j’ai utilisé un cadre IKEA RAM 30x40cm que j’ai huilé. Puis un tissu en lin d’IKEA et cinq boutons de 30mm de diamètre. Je mets quand même des instructions pour la forme ci-dessous.

1- Découper un rectangle de tissu de 60×41cm. 41cm est le droit fil. Faire un ourlet de 1cm sur les deux cotés de 60cm. 2- Couper en deux pour obtenir deux rectangles de 30cm de large. Faire un ourlet de 5 cm de large du coté des boutons puis piquer. 3- Faire les boutonnières en mesurant d’après la taille des boutons (diamètre + épaisseur + 3mm) puis coudre les boutons  4 – Fermer les boutons. Epingler le tissu autour du cadre puis coudre les deux pans de tissu autour du cadre (dévisser le pied de la machine et le remonter dans le cadre si besoin).

Édit : Suite à ma formation, je connais maintenant l’ordre dans lequel présenter les cadres : gros boutons boutonnière verticale en premier, puis petits boutons boutonnière verticale. Si on a envie de fabriquer les quatre cadres, on ajoute en troisième les gros boutons boutonnière horizontale et en dernier les petits boutons boutonnière horizontale.