50 objets à récupérer pour faire son matériel Montessori

Quand je me suis mise à m’intéresser pour de bon à la pédagogie Montessori, j’ai commencé à amasser un tas d’objets en prévision du jour ou j’en aurai besoin. Même si cela va à l’encontre de tous mes principes sur le désencombrement volontaire, de mon livre fétiche Simplifiez-vous la vie, et chiffonnerait Flylady et son declutter

Puis en suivant les formations, j’ai fait du tri dans la pile pour supprimer ce qui n’allait jamais me servir (et surtout j’en ai rajouté…).

Voici si cela peut vous aider une liste d’objets qui peuvent se trouver chez votre grand-mère ou dans un vide grenier et que vous pourrez réutiliser pour fabriquer votre matériel :

  • des jetons type dame (45 identiques pour pair/impair)
  • des petits paniers en osier, bols, coupelles
  • 3 petits globes terrestres de 16 cm de diamètre
  • du carton gris 2mm et 3mm, du carton contrecollé
  • des chemises bristol de couleurs différentes
  • des classeurs A4 fins, de couleurs différentes pour ranger le matériel du langage (code couleur = code des symboles de grammaire)
  • du papier A4 de couleurs différentes
  • du bois : contreplaqué 5mm, tasseaux 10×10, 20×20, 30×30, 40×40
  • une plastifieuse A4 160 microns (2 x 80 microns)
  • des boutons ronds simples identiques (5 gros, 6 petits)
  • des boutons originaux au toucher (au moins 4 lots de 3 à 6 identiques)
  • des grands lacets (2 mètres ou 2,20 mètres)
  • des fermetures éclair 35 cm (une séparable, une non séparable)
  • un petit entonnoir pour verser avec l’entonnoir
  • des petites boites avec des mécanismes d’ouverture différents (pastilles bonbons, bague…)
  • des petites bouteilles ou flacons en verre pour verser avec l’entonnoir
  • des pichets de 10cL a 15cL cassables, 3 paires identiques
  • beaucoup de plateaux 25x40cm environ, avec poignées et unis de préférence
  • des boites en carton type boites a chaussures
  • du joli papier ou du papier kraft pour recouvrir les boites
  • des vieux calendriers en carton (les grands)
  • de l’isorel (sous les packs d’eau dans les supermarchés)
  • une pince coupante et une pince ronde pour les perles
  • des papiers de verre de couleurs et rugosités différentes
  • des petits coupons de tissus naturels et synthétiques unis de couleurs différentes
  • du tissu uni en coton pour les cadres
  • des mouchoirs blancs 35×35 cm
  • un seau
  • une petite bassine pour laver les mains
  • une cruche de 0,5 cL
  • des caisses pour vin en bois pour récupérer le bois ou pour ranger des choses
  • des boites en bois
  • une scie à métal pour couper du bois sans l’abîmer !
  • une scie à chantourner pour faire les puzzles
  • des petits animaux de la ferme tous à la même échelle, avec plusieurs exemplaires de quelques animaux, des mâles, des femelles des petits.
  • un tissu avec des lignes (pour avoir un repère pour écrire avec l’alphabet mobile)
  • des petits savons style ceux des hôtels
  • une brosse à ongles
  • de la toile cirée pour les activités salissantes de vie pratique
  • du papier vinyle pour recouvrir boites, plaquettes lettres rugueuses etc
  • une machine à coudre pour les cadres d’habillage, plier, mise en paire des tissus
  • un miroir portable
  • des fournitures et des connaissances de cartonnage (découpe)
  • des petits élastiques tous fins (pour les fuseaux)
  • un porte-savon
  • des étagères
  • deux tableaux noirs 40×60 cm ou des planches de bois de cette dimension
  • du ruban taffetas uni 15mm 2 couleurs

Il en manque un pour faire 50… une idée ?

De quoi bien remplir ses placards et ses soirées…

Le mobile de Munari

Un Mobile de Munari pour les tout-bébés. Celui-ci a été réalisé pour une petite Louise.
Mobile de Munari

Les papiers blancs et noirs ont été collés mais à refaire, j’imprimerais directement les motifs sur un joli papier bristol. Les baguettes sont peintes avec de la peinture de lait et protégées avec de l’huile d’abrasin. Le motif sucre d’orge a été peint en noir sur le blanc en utilisant du scotch de masquage coupé en deux. Pour fixer les baguettes, on peut faire des trous (au bon endroit !) dans les baguettes avec un marteau et un clou et y faire passer un fil de nylon. Des tourillons de 5mm sont bien adaptés. La boule est en plastique faute d’avoir trouvé du verre et mesure de mémoire 7cm.

La taille des papiers est fonction de la taille de la sphère. Voici les instructions que j’ai utilisées :
Les schémas de montage du Mobile de Munari (en anglais)
Calculer les dimensions et assembler le mobile de Munari (en anglais)

Pour télécharger un modèle à imprimer, allez faire un tour sur le blog de Liv et Emy. Profitez-en pour admirer ses autres mobiles.

Fabriquer sa peinture à tableau !

En Montessori, le tracé des premières lettres se fait sur une grande ardoise. C’est une Châtelaine qui m’a suggéré de vendre de la peinture à tableau noir dans la boutique. J’ai regardé ce qui se faisait, j’ai fouillé à droite à gauche, et j’ai trouvé, dans mon précieux Grimoire de Peinture, une recette… de peinture à tableau !

Peinture à tableau noir faite maison

Je l’ai un peu remaniée pour faire avec des ingrédients trouvables, j’ai modifié les pigments pour avoir un beau noir, et diminué un peu les doses d’alcool pour donner la recette ci-dessous. Le résultat est résistant, brillant, joli, bien noir, impeccable ! J’ai testé sur du bois ainsi que sur ce seau en zinc. Quel plaisir de pouvoir se passer des peintures à tableau chimiques dégoûtantes ! Et j’ai hâte de la décliner dans d’autres couleurs avec par exemple ces pigments concentrés aux belles couleurs vives.

Recette de Peinture à tableau noir écologique

25g de sandaraque
25g de gomme laque fine orange
50g de poudre de ponce
20g de pigment Oxyde de fer noir
25cL d’alcool à 90 ou 95 degrés (alcool éthylique)
un support propre : bois poncé, zinc, etc…
du papier de verre grain très fin (320).

Le mélange se fait dans un bocal qui ferme, afin de pouvoir touiller en agitant le bocal. La dissolution des résines est assez lente. Une fois fabriquée, la peinture se conserve bien dans le bocal hermétiquement fermé. Les quantités de la recette permettent de peindre une grande surface mais je n’ai pas calculé le rendement.

Il faut absolument poncer avec le papier de verre au grain très fin. Le résultat doit être parfaitement lisse afin de ne pas accrocher l’éponge au nettoyage et de ne pas user la craie en deux minutes.

A suivre, la réalisation des deux tableaux noirs d’écriture Montessori.

Edit : le mélange de la recette de peinture à tableau est en vente dans la boutique pour 9 euros.

Plier !

A-t-on vraiment besoin d’apprendre à plier ? Vous souvenez vous d’avoir appris cela ?

Maria Montessori a pensé un exercice qui apprend simplement à plier. Qui développe le contrôle musculaire des doigts et la précision des gestes. Et qui indirectement donne des bases pour ranger tout seul ses affaires, prendre soin de soi-meme, ainsi que des notions de géométrie.

Matériel Montessori : plier

En pratique, il vous faut 4 mouchoirs blancs de 35×35 cm. Au fil rouge, vous broderez (à la machine à coudre c’est encore plus simple, et au feutre pour tissu carrément trop facile) des lignes de pliages comme sur la photo.

Ensuite vous repassez et marquez bien les plis et faciliter le travail de l’enfant. Vous cachez les deux plus compliqués pour plus tard et disposez les deux premiers dans une jolie corbeille.

Éléments de présentation :

S’asseoir à droite de l’enfant. Prendre le mouchoir brodé selon la diagonale et l’étendre. Passer l’index sur la ligne brodée. Attraper le coin du haut et le porter sur le coin du bas. Aplatir le pli en appuyant avec la main. Inviter l’enfant : « A toi ». Ne rien dire lorsqu’il fait. Montrer l’autre mouchoir puis ranger. « Tu t’exerceras ».

J’ai fait la présentation à Mathilde, elle a adoré. Elle a bien compris qu’il fallait toucher la ligne rouge (ça lui est revenu un jour), puis esquisse un pli et roule magnifiquement le mouchoir en boule ! Mais on voit que le truc lui plaît, elle commence même à « plier » sa serviette et le linge… Et que dit Maria dans ces cas là ? Rien ! On reste zen et on ne fait pas de remarque, on ne ré-explique pas. Par contre on repasse derrière (discrètement) pour bien replier les mouchoirs afin que l’enfant débute l’activité dans l’état plié correctement.

Et vous, vous en êtes où de vos mouchoirs de pliage ?

Le cadre de la fermeture éclair de jupe

Le cadre de la fermeture éclair de jupe est le premier cadre introduit, et fait partie des tout premiers matériels Montessori introduits, à partir de deux ans.

Matériel Montessori : cadre fermeture eclair

Il nous fallait d’urgence ce cadre pour varier un peu les activités de vie pratique. Mathilde a choisi la couleur du tissu parmi les unis ainsi que celle de la fermeture éclair. Mauve et bleu !

J’étais assez confiante pour sa fabrication, mais il a fallu un peu plus de temps que prévu. Pour trouver la bonne fermeture (35 cm, jupe non séparable), pour la changer en raison d’une erreur d’étiquetage, puis la racheter apres l’avoir perdue dans la rue… La couture n’a pas  été évidente, le découd-vite a un peu trop servi ! J’ai bidouillé le bas là ou le tissu se recoupe, mais finalement cela ne se voit pas tant que ca…

Le cadre fait 30x40cm, c’est grand pour un enfant de deux ans, mais cela l’oblige à trouver le geste parfait. C’est beaucoup plus difficile que la fermeture du gilet minuscule de Dora dans le livre ! Il y a un vrai travail d’apprentissage derrière ce matériel. Je regrette de ne pas avoir fait la présentation au sol car le haut de la fermeture éclair est vraiment loin pour des petits bras lorsque le cadre est posé sur une table.

Voici quelques infos pour la fabrication du cadre :

Huiler un cadre 30x40cm (avec de l’huile de Chanvre par exemple). Découper un rectangle de 41x60cm dans un tissu uni. Faire un ourlet sur les cotés les plus longs. Couper en deux morceaux qui formeront chacun un pan du cadre. Faire un pli comme un ourlet qu’on ne coudra pas afin de doubler le tissu qui sera cousu avec la fermeture éclair. Poser la fermeture éclair (35mm, non séparable) en laissant suffisamment de place entre la fermeture et le tissu pour laisser la fermeture bien en vue. Fixer le tissu au cadre en le cousant.

Et pour la présentation :

Poser le cadre devant nous. L’enfant est assis à notre gauche. « Regarde ce que font mes mains ». On l’ouvre lentement de haut en bas. On ouvre les pans du cadre, on passe les mains au travers pour toucher la table, puis on referme les pans. On remonte doucement la fermeture éclair. Enfin nous passons le cadre à l’enfant qui reproduit sans que nous n’intervenions ni ne commentions. « Tu t’exerceras ». Nous ramenons le cadre à sa place ou il pourra le reprendre librement.

Nouveau : les boutons de préhension pour puzzles

Quel est le point commun entre le matériel Montessori des puzzles de géographie, les puzzles de botanique, les emboîtements cylindriques et le cabinet de géométrie ?

Les boutons de préhension miniatures !

boutons-prehension

Ils sont tout jolis, tout petits (6mm), bien pour entraîner les petits doigts. Ils préparent à l’écriture l’enfant qui développe sa main en tenant le bouton avec les trois premiers doigts.

Les boutons de préhension vous attendent dans la boutique de l’Atelier Montessori !

Les plus gros boutons (17mm) sur la photo sont pour les tiroirs du cabinet de géométrie ou du cabinet de botanique. Vous pouvez également les utiliser pour fabriquer les beaux jouets des plus jeunes que l’on voit sur les catalogues de matériel Montessori rubrique Infant Toddler.

La tour rose, première partie

La tour  rose est un peu l’emblème du matériel Montessori. Elle se présente vers 3 ans environ, après pas mal de vie pratique. Elle consiste en 10 cubes de bois peints en rose et d’arête croissante de 1 cm à 10 cm. Les cubes doivent être pleins, plats et réguliers.

Le choix de l’essence est important : il faut un bois dur pour obtenir des cubes résistants, mais les bois durs sont plus durs à scier. Et ce n’est pas au magasin de bricolage du coin qu’on tombe sur du beau bois aux bonnes dimensions… Oubliez de suite l’idée de les faire creux, le poids est crucial pour se rendre compte des différences entre les cubes. Bref, cette fameuse tour représente un défi de taille que l’Atelier Montessori ne pouvait pas se permettre de laisser passer.

Faute de matériel de pro et de beau bois aux bonnes dimensions, on a imaginé une solution tarabiscotée à base de tasseaux rectangulaires de 1x2cm de chêne qu’on avait sous la main. On les a sciés et collés entre eux pour fabriquer les plus petits cubes. Pour les plus gros, on colle les tasseaux autour de cubes de pin mais je ne vous le montrerai pas car cela n’est pas encore fini.

Fabrication de la tour rose

C’est long et un peu bizarre, mais on obtient bien des cubes en chêne, solides, lisses, presque parfaitement droits.

Une fois qu’on a obtenu la tour, c’est facile. On pourrait vouloir conserver le bois non peint, mais il est préférable de la peindre. Cela la rend plus visible et attirante pour l’enfant. La peinture permet également de ne pas détourner l’attention de l’enfant sur les veines du bois mais de la fixer sur les dimensions. Le rose, c’est historique, une autre couleur conviendrait aussi, mais… elle est tellement plus jolie en rose !

Peinture de la tour rose

Je l’ai peinte avec de la peinture écologique blanche, pigmentée avec du beau rouge. Il s’agit de cette peinture à base de caséine. Si vous la faites, prenez plutôt de la peinture non teintée avec du pigment rouge et du blanc, parce qu’avec le paquet vous allez pouvoir peindre d’autres choses. Elle est bien couvrante et le rendu est mat et profond. Ensuite je l’ai huilée avec 3 couches d’huile de chanvre pour protéger la peinture.

Alors, ça donne quoi cette demi-tour ?

Demi tour rose Montessori

Franchement, je l’aime beaucoup. Elle a un toucher satiné hyper agréable, le chêne rend vraiment bien. La couleur est magnifique, bien rose. La peinture a quelques petits pigments rouges qui se sont mal mélangés et du coup il y a des minis grains en surface, il aurait fallu mieux touiller. On voit qu’elle a été collée et on devine les veines du bois. Au début j’ai regretté de ne pas avoir  appliqué un gesso pour lisser et masquer les petites différences de niveau dues au collage mais ça aurait été dommage de cacher le chêne par un enduit tout lisse.

Et maintenant, il faut finir les gros cubes !

Formation Aide à la Vie

Je reviens d’une semaine très riche de formation Montessori à Villémus. Je suis rentrée ravie, sur-motivée, la tête remplie d’informations et de conversations.

Peinture aux doigts

Je suis contente d’avoir attendu cette formation avant de me lancer vraiment dans Montessori avec Mathilde, car maintenant je pense avoir les clefs pour lui apprendre les choses correctement. On a beau lire tous les livres de Maria que l’on voudra ou avoir passé mille heures sur les blogs et les forums de celles et ceux qui connaissent, rien ne vaut une semaine à vivre des présentations avec une personne compétente.

Car en voyant faire, il suffit d’un geste, d’un détail ou d’une parole et nous voilà avec une présentation qui prend tout son sens. Et qui s’inscrit dans un ensemble qu’on ne peut improviser.

En vrac, voici plusieurs petites choses qui ont retenu mon attention :

* le sens : manipuler en tournant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, en allant de gauche à droite et de bas en haut. Tout est prévu pour préparer à l’écriture.

* les présentations : l’enfant n’en verra qu’une par activité, l’éducateur n’a pas le droit à l’erreur…

* une main fait, puis l’autre, pas les deux à la fois.

* on ne se place jamais face à l’enfant pour lui montrer, mais toujours à sa droite.

Et puis des habitudes prises, dont il faudra essayer de se défaire… qui aurait cru par exemple qu’il vaut mieux utiliser des crayons de couleurs, et ne pas donner de feutres avant la maîtrise de l’écriture ? Qu’il vaut mieux faire de la peinture à doigts et non avec un pinceau ? Que l’on ne doit pas montrer à un jeune enfant comment tracer des traits et comment faire semblant d’écrire avec une craie ?